PRINT: Geneva Supports Local Clean Tech Companies

Pierre-François Unger - Feuille d'Avis Officielle (FAO), 29th May 2012

L'effondrement du système financier et l'accident nucléaire de Fukushima Daiichi nous ont rappelé le besoin impératif de repenser le système économique et énergétique mondial de demain en accordant une place essentielle aux technologies propres. Ces événements bouleversent notre perception des priorités en termes d'investissements financiers et de développement économique. Aujourd'hui, les cleantech représentent un enjeu majeur. Afin de favoriser le développement d'une société plus écologique et plus technologique tout en garantissant le fonctionnement d'une économie de marché libérale et sociale, il faut développer une industrie capable de répondre à cette évolution.

Sur le plan cantonal, le gouvernement genevois a inscrit le développement des énergies vertes dans son programme de législature 2010-2013. Plus concrètement, l'un des objectifs du département des affaires régionales, de l'économie et de la santé (DARES) est d'améliorer les conditions cadre de l'économie en vue d'attirer ou de favoriser la création et le développement de nouvelles entreprises actives dans le domaine des cleantech.

Aux deux événements mentionnés, j'en ajouterai un troisième: l'annonce de la fermeture du site genevois de Merck Serono, dans un contexte fragilisé par la cherté du franc nuisant fortement au commerce de détail et à l'industrie exportatrice suisse. Aujourd'hui plus que jamais, notre priorité est de favoriser un tissu économique local diversifié. Ce sont les petites et moyennes entreprises (PME) pour l'essentiel qui garantissent le maintien et le développement de ce tissu économique, contribuant à son dynamisme et à sa diversité, et incarnant sa capacité d'innovation. Mon département entend soutenir ces entreprises, notamment celles actives dans les technologies propres. Pour cela, Genève dispose de nombreux atouts.

La politique cantonale de soutien et de promotion des cleantech ne se borne pas à des déclarations assorties de grands principes. Elle s'inscrit dans un processus visant des résultats concrets. Avant d'entendre le témoignage des deux directeurs d'entreprises, TVP Solar et Cleanfizz, présents à mes côtés aujourd'hui, permettez-moi de vous rappeler quelques leviers dont nous disposons pour soutenir nos PME.

En ce qui concerne les conditions cadre, ce sont:

  1. la loi pour les jeunes entreprises développant des innovations, en vigueur depuis février 2011. Elle permet aux jeunes entreprises innovantes, notamment dans le secteur des énergies vertes, de bénéficier plus facilement d'allégements fiscaux;
  2. la nouvelle mouture de la loi générale sur les zones de développement industriel, adoptée à l'unanimité par le Grand Conseil en début d'année. Elle introduit un nouveau type de zone d'activités mixtes permettant d'optimiser l'occupation des zones de développement industriel et artisanal;
  3. le projet d'incubateur cleantech est à bout touchant. Il a pris ses quartiers à Plan-les-Ouates, dans l'immeuble Bluebox, où quelque 2000 m2 d'espace sont à disposition d'entreprises et destart-up spécialisées dans les technologies propres répondant aux enjeux environnementaux urbains;
  4. un nouveau guichet, le «Geneva Creativity» Center, fruit d'un partenariat entre l'Etat et l'Université de Genève, sera prochainement lancé pour favoriser les contacts entre les pôles d'excellence académiques et les entreprises actives dans les énergies du futur;
  5. la plateforme régionale CleantechAlps, dédiée à la promotion et au renforcement des collaborations entre les entreprises.

En plus d'améliorer les conditions cadre, la promotion économique genevoise soutient directement les entreprises locales en les accompagnant dans la réalisation de leurs projets. Ce travail, auquel contribue notamment l'office de promotion des industries et des technologies (OPI), se fait sur le long terme. Pour les deux entrepreneurs qui m'accompagnent aujourd'hui, il s'agissait de rechercher des partenaires pour la production et le financement et des clients, notamment sur le plan international.

Les PME, qui font appel à notre soutien, arrivent souvent avec des projets scientifiques très pointus, dont la production en vue d'une utilisation commerciale élargie prend du temps. Intégrer les énergies du futur dans notre quotidien exige une capacité de vision et de la patience. Rome ne s'est pas construite en un jour, dit-on. Notre collaboration avec TVP Solar et Cleanfizz a débuté en 2009. Aujourd'hui, on atteint la phase des contrats. TVP Solar est la première entreprise suisse à installer un champ solaire thermique dans l'usine de refroidissement solaire de Masdar City (Emirats Arabes Unis); Cleanfizz a récemment signé des accords avec les Emirats Arabes Unis et l'Arabie Saoudite.

Certains secteurs économiques essentiels pour le développement durable vont devenir les moteurs de la nouvelle croissance. Soutenir et investir dans les technologies propres à haute valeur ajoutée constitue un calcul réfléchi, fondé sur le long terme. En 2020, les cleantech pourraient représenter 6% du volume de l'ensemble des activités économiques mondiales, avec un marché estimé à près de trois milliards de dollars. Pour la Suisse, un pays dont la matière première repose largement sur la matière grise et sa capacité d'innovation, ne pas prendre ce virage maintenant serait une grave erreur.

D'ici 2020, notre ambition est que le canton de Genève soit reconnu pour sa capacité à opérer l'incubation de projets liés aux enjeux environnementaux et à les promouvoir à l'étranger. Des entreprises comme Cleanfizz et TVP Solar sont en quelque sorte les pionnières de cette aventure, permettant la percée des technologies solaires au Moyen-Orient et renforçant la bonne image et la réputation d'excellence dont bénéficient la Suisse et Genève dans cette région du monde.

 

Source:

http://www.ge.ch/fao

Pierre-François Unger
Président du Conseil d'Etat, chargé du département des affaires régionales, de l'économie et de la santé

Click here for PDF of printed article